Amélioration de la sécurité des piétons (projets ASP et APPA)

Amélioration de la Sécurité des Piétons (projet ASP)

Les objectifs principaux étaient de définir quelles sont les blessures dont souffrent les piétons renversés par des voitures, et d’observer l’association entre la localisation des blessures et le type de face avant du véhicule ayant heurté le piéton. Les données du registre pour les années 1996 à 2007 ont été utilisées car disposant d’une description fine du bilan lésionnel. Elles ont été couplées aux données des forces de l’ordre qui sont plus précises en ce qui concerne les circonstances de l’accident et les caractéristiques du véhicule heurtant.

Les résultats ont montré que la majorité des piétons sont percutés lors d’une traversée de chaussée et hors intersection, ce qui est un fait utile à mettre en avant en termes de prévention primaire. La létalité est plus élevée lorsque la zone principale percutée du véhicule est l’avant droit ou l’avant gauche, comparée à la partie avant « centrée », les parties latérales correspondant à des zones en moyenne plus raides. Concernant les tableaux lésionnels, les blessures à la tête concernent tous les âges, et un peu plus les hommes. Les lésions au bassin, qui peuvent être très handicapantes, concernent beaucoup plus les femmes. Les membres inférieurs, qui sont le siège du premier choc du piéton dans la majorité des cas, sont surtout lésés à la jambe et au genou, qui sont les zones les plus à risque d’être directement impactées par le véhicule. Ces zones corporelles sont aussi celles qui font l’objet des essais réglementaires en vigueur pour les véhicules légers. Concernant les lésions les plus graves, il est sans doute dommage qu’aucun essai ne concerne le thorax, alors que celui-ci constitue, après la tête, la deuxième zone des blessures les plus graves, voire mortelles.

Ce travail de recherche, qui a fait l’objet de plusieurs rapports et d’une communication dans un congrès international, a été mené par Jean-Louis Martin (Ifsttar-TS2-Umrestte) (Début du projet : mai 2009, fin : mai 2013).

 

Tableaux lésionnels des piétons heurtés par un véhicule léger (projet APPA)

Ce projet avait pour objectif d’identifier les conditions dans lesquelles se produisent les accidents de piétons et leurs conséquences, de déterminer avec précision les mécanismes de blessure correspondant aux lésions les plus fréquentes et les plus graves, de développer les connaissances biomécaniques correspondant à ces mécanismes, de comparer les exigences du projet réglementaire européen aux données issues des accidents et de proposer des pistes pour aller plus loin dans l’amélioration de la protection des piétons.

La description la plus précise possible des lésions des piétons, en termes de localisation et de nature selon leur gravité, était indispensable pour définir les principales cibles sur lesquelles faire porter l’effort de prévention secondaire. Le registre des victimes d’accident de la circulation dans le département du Rhône a permis de telles descriptions pour environ un millier de piétons chaque année.

Un deuxième objectif a été de caractériser les tableaux lésionnels selon le type du véhicule ayant heurté le piéton. L’analyse du Registre a ainsi permis la confirmation d’un certain nombre d’enjeux. Les lésions les plus graves, éventuellement mortelles, sont observées à la tête et, surtout chez les plus âgés, au thorax. Le membre inférieur est également souvent sérieusement touché, spécialement le tibia, le péroné, le genou et le fémur. À noter que peu d’atteintes de la hanche sont observées. Le membre supérieur est également souvent atteint. Le projet de directive comprend des essais focalisés sur la tête et le membre inférieur, mais ignore le membre supérieur et surtout le thorax qui représente pourtant un enjeu vital.

Le projet a associé la recherche publique (INRETS), des industriels français de l’automobile (LAB PSA/Renault, FAURECIA, MECALOG) et un laboratoire d’essais (UTAC). Il s’est déroulé sur trois ans et s’est terminé en 2006.

Ce projet a fait l’objet d’un rapport contractuel.