Exploitation du Registre pour une meilleure connaissance des blessures des accidentés de la route (Reg-Trauma)

L’objectif du projet Reg-Trauma est de pouvoir disposer de statistiques descriptives sur les bilans lésionnels des victimes d’accidents de la route qui seront introduites dans le Bilan annuel de l’ONISR (Observatoire National Interministériel de Sécurité Routière), et de produire une estimation nationale du nombre de victimes MAIS3+. Ce projet présente l’avantage de mettre en place une collaboration sur la durée puisqu’il se présente sous forme d’une subvention annuelle, reconduite sur quatre années consécutives.

Concernant les statistiques descriptives fournies à partir du Registre, une description de l’ensemble des blessés de la route dans le Rhône a été réalisée. Les atteintes sévères (AIS4+) pouvant mettre en jeu le pronostic vital se situent principalement à la tête et au thorax, et dans une moindre mesure, à l’abdomen ou à la colonne. Un dixième des blessés hospitalisés ont une durée de séjour supérieure ou égale à 1 mois.

Les lésions responsables de séquelles majeures se situent majoritairement à la tête, aux membres inférieurs et à la colonne. Les séquelles neurologiques se manifestent par des céphalées, troubles psychoaffectifs et émotionnels, troubles mnésiques, déficit moteur et/ou sensitif, épilepsie, troubles de la communication ou état végétatif persistant. A la colonne, les séquelles de lésions médullaires sont des paraplégies ou tétraplégies ou des douleurs résiduelles en cas d’atteinte ostéo-ligamentaires. Il peut aussi s’agir de paralysie totale ou partielle du membre supérieur secondaire à l’atteinte du plexus brachial. Les séquelles de lésions orthopédiques (membre inférieur et ceinture pelvienne) peuvent se décliner sous forme de troubles de la marche, troubles moteurs ou sensitifs, ou d’amputations ; d’atteinte génito-sphinctérienne en cas de fracture complexe du bassin.

Concernant l’estimation nationale du nombre de victimes MAIS3+, il s’agit de fournir à la commission européenne une estimation du nombre de blessés graves chaque année, avec comme définition du blessé grave la victime atteinte d’au moins une lésion de niveau 3 dans l’échelle de gravité de l’Abbreviated Injury Scale.

Or en France comme dans tous les pays développés, si les tués par accident de la circulation sont bien dénombrés à partir des données des forces de l’ordre, les blessés en revanche sont mal recensés : forte sous-déclaration mais aussi évaluation non médicale de leur gravité. Le Registre est le seul recueil de données des victimes d’accidents de la route en France disposant de ce critère médical. De plus, le Registre, visant l’exhaustivité sur une zone géographique délimitée (le département du Rhône) apparaît comme un outil incontournable pour estimer, au niveau national, le nombre de blessés graves selon ce nouveau critère.

En effet, l’existence sur la même zone géographique (le Rhône), du Registre et du recueil des forces de l’ordre, permet, au moyen d’une méthode de capture/recapture, d’estimer, sur ce département, le nombre total de blessés de la route, incluant ceux qui ne sont enregistrés par aucune des deux sources. Entre cet effectif total estimé, et l’effectif selon les forces de l’ordre, nous estimons les coefficients de correction du sous-enregistrement. Nous les appliquons alors aux effectifs nationaux de blessés selon les forces de l’ordre (sous l’hypothèse d’homogénéité des pratiques d’enregistrement des blessés par les forces de l’ordre sur le territoire métropolitain) et nous obtenons alors des estimations nationales. Ainsi, pour 2016 le nombre de blessés toutes gravités à l’échelle nationale est estimé à 298 000 blessés, dont 25 400 blessés graves (MAIS3+).

Ces estimations permettent également de mieux mesurer les enjeux de santé publique, en faisant par exemple ressortir les effectifs de blessés graves plus élevés parmi les usagers de deux-roues motorisés (10 000/an) que parmi les automobilistes (6 500/an) alors que les tués sont respectivement trois fois moins nombreux.

Amoros E, Soler G, Pascal L, Ndiaye A, Gadegbeku B, Martin JL. Estimation of the number of seriously injured road in France, 2006-2015. European Congress of Epidemiology Lyon, july 4-6 2018, in RESP 66S(2018)S334 doi: 10.1016/j.respe.2018.05.258

Ndiaye A, Gadegbeku B. La prise en compte des personnes gravement blessées. Nature et localisation des blessures graves d’après le Registre du Rhône. In: ONISR, La sécurité routière en France, bilan de l’année 2017. La documentation Française ed, Paris, 2018:36.

Amoros E, Martin JL. La prise en compte des personnes gravement blessées. Estimation nationale du nombre de blessés graves. In: ONISR, La sécurité routière en France, bilan de l’année 2017. La documentation Française ed, Paris, 2018:37.

Amoros E, Pascal L, Martin JL, Laumon B. Estimation nationale du nombre de blessés graves de la route, 2006-2012, France. Congrès Adelf-Epiter. Rennes, 8 septembre 2016.